[ Новые сообщения/New messages · Участники/Members · Правила форума/Forum Rules · Поиск/Search · RSS ]
Страница 1 из 11
Forum » RAMMSTEIN SIDE PROJECTS » Lindemann (Official & Interview) » [TEXT] 2015 06 29 - Interview Till, Peter, 20minutes.fr
[TEXT] 2015 06 29 - Interview Till, Peter, 20minutes.fr
AlonsoДата: Понедельник, 29.06.2015, 17:45 | Сообщение # 1
Ex-moderator [2010-2016]
Группа: Site friend
Сообщений: 7643
Статус: Off Clan
Till Lindemann (Rammstein) : «Les paroles sales et provocantes me viennent toutes seules»

Quand Till Lindemann fait une pause avec son groupe de metal industriel Rammstein, c’est à peine s’il a le temps de se reposer. L’impressionnant chanteur allemand en a profité pour sortir ce mois-ci Skills in Pills - un disque à la fois foutraque et musicalement réussi diront ceux qui aiment Rammstein -, enregistré avec son comparse surdoué Peter Tägtgren, aussi à l’aise à la batterie, qu’à la guitare et à la basse. 20 Minutes les a rencontrés ensemble à Paris.

Comment vous êtes-vous rencontrés ?
Peter Tägtgren : C’était en 1999 ou 2000. Je faisais beaucoup de promo avec mon groupe Pain à Stockholm. J’ai su que Rammstein y était aussi et j’étais un grand fan. C’était marrant, tous les jours je tombais sur eux en ville quand ils allaient boire un coup. On se connaissait de vue à force. Et un jour, je suis entré dans un club et c’était le chaos. Till et son claviériste étaient en pleine baston avec des gens. Mon frère et moi nous sommes interposés. C’était comme dans un film. Quelques semaines plus tard, les gars de Rammstein étaient chez moi et dormaient sur mon canapé. On est devenus amis.
Till Lindemann : On a été pas mal en Suède avec Rammstein. J’adorais la musique de Peter. Je connaissais son groupe Pain.
Vous avez gardé contact depuis ce moment-là ?
Tägtgren : Oui, on s’envoie des sms et on s’appelle tout le temps… souvent bourrés (rires) On apprécie la vie. [Précision : Ils ont bu de l’eau gazeuse pendant cette interview].
Quand vous vous êtes rencontrés vous imaginiez sortir un disque ensemble ?
Tägtgren : On avait seulement envisagé que Till chante sur l’album de Pain.
Lindemann : C’était censé être un seul morceau ensemble au départ.
Quel a été le déclic alors, quinze ans après votre rencontre ?
Tägtgren : Il y a deux ans, Till m’a invité à un concert de Rammstein. Avant de monter sur scène, il m’a dit : « On va faire une pause de deux ans, faisons quelque chose ensemble ». Je lui ai dit de m’appeler et il l’a fait.
Lindemann : Deux semaines plus tard, Peter m’a envoyé un fichier par mail.
Tägtgren : J’avais commencé à composer quelques trucs déjà, et Till m’a renvoyé des paroles très vite. Je l’ai bombardé avec des idées. J’ai même gâché ses vacances avec tous mes appels.
Lindemann : Après avoir trouvé The Ladyboy, tout s’est enchaîné rapidement. Je voulais mettre cette chanson sur Internet et laisser les gens se l’approprier. Mais Peter m’a dit « gardons la pour un album ». Il a eu raison.
C’était un défi pour vous d’écrire et de chanter en anglais et non en allemand ?
Lindemann : Un peu. J’avais peur de faire des erreurs grammaticales et de mal prononcer certains mots. Mais Peter est habitué à chanter en anglais et m’a aidé.
Les paroles sont provocantes et sales, à la Rammstein mais en anglais. C’est pour choquer ou ça vous amuse au quinzième degré ?
Lindemann : Elles me viennent toutes seules. La plupart des choses dont je parle arrivent tous les jours. Si vous regardez du porno sur Internet, vous pouvez voir des « Golden Showers » telles que je les décris. La chanson « Fat » parle des « feeders » : les hommes qui nourrissent leurs femmes jusqu’à ce qu’elles ne puissent plus bouger. Vous n’avez pas besoin de chercher pour provoquer, regardez toutes ces histoires folles dans les journaux.
Pourquoi ce titre d’album, « Skills in pills » ?
Lindemann : J’ai grandi en Allemagne de l’est. Là-bas, il était impossible de trouver de la drogue. Pas de cocaïne, de marijuana, rien. On mélangeait des médicaments avec de la vodka pour planer. Vous deviez savoir ce que vous faisiez. Il fallait être habile (« skilled ») pour savoir quelle boîte ouvrir.
Peter, vous avez connu ce genre de galère ?
Tägtgren : Je n’ai jamais pris ce genre de choses. Mon truc c’était plus… oh, je ne veux même pas vous dire ce que c’était (rires) C’était des trucs bizarres, comme sniffer de l’essence. A part ça, moi ça a toujours été de la vodka. Faite maison. C’est illégal, le gouvernement suédois n’aime pas ça.
Lindemann : Mais la vodka est beaucoup trop chère en Suède !
Vous prévoyez une tournée ensemble ?
Tägtgren : On y pense. Si ça nous paraît cohérent sur scène, on le fera.
Lindemann : Je reprends avec Rammstein bientôt, je ne sais pas trop comment concilier les deux.

Источник
 
Forum » RAMMSTEIN SIDE PROJECTS » Lindemann (Official & Interview) » [TEXT] 2015 06 29 - Interview Till, Peter, 20minutes.fr
Страница 1 из 11
Поиск: